4
17 Juin
2009

Blogueur ET journaliste?

Catégories : Opinion

Alors me voici devenu blogueur …mais je suis toujours journaliste! Blogueur ou journaliste, faudra que je choisisse mon camp. C’est du moins ce que la populaire et médiatisée guéguerre entre ces deux factions me demande de faire : choisir entre l’un et l’autre.

Après avoir rédigé des centaines d’articles dans les journaux et magazines, je suis considéré comme un journaliste professionnel. J’écris toujours dans les magazines, mais voilà que je décolle vers la blogosphère avec ce nouveau site Internet. Pourquoi un blogue? Pour vous parler franchement, directement, sans détour, avec autant de mots que je le désire et avec toutes les photos que je veux bien vous montrer!

Ce n’est pas que La Presse ou les autres médias pour lesquels je fais de la pige me censurent ou quoique ce soit d’aussi bête et méchant, c’est que les normes rédactionnelles et les lignes éditoriales ne me permettent pas d’écrire des articles sur n’importe quel sujet de mon choix, aussi long que je le veux et avec autant de photos qu’il me plait. Et j’ai le goût de vous raconter ce que je veux, en autant de mots que je veux et avec autant de photos que je veux. Pour vraiment faire ce que je veux dans les médias imprimés, il faut que je sois mon propre boss, rédacteur en chef et éditeur à la fois de mon petit magazine ou journal.

Pour parvenir à cette liberté de publier, je pourrais lancer mon propre magazine tout en couleur, tiré à 50 000 exemplaires. Cette aventure ne me rendrait pas si libre; il me faudrait vendre de la publicité pour payer ma facture d’imprimerie, trouver un distributeur, etc, etc. Ouf!

La solution pour moi n’est pas différente de celle trouvée par des zillions de blogueurs. Cette solution, c’est publier sur le Net. Soyons réaliste, un blogue ça coûte presque rien, ça permet de publier ce qu’on veut et ça peut être lu par toute la planète. Écrire dans un journal ou dans un blogue, c’est la même chose, on raconte une histoire et on espère être lu. De ce côté, journalistes et blogueurs : même combat.

Alors, satanée question, qu’est-ce qui distingue donc les blogueurs des journalistes? C’est l’argent! Il faut comprendre que tous ces sujets jugés trop pointus ou trop spécifiques sont snobés par les grands médias. «Ça ne rejoint pas assez de monde et ça n’attire donc pas les annonceurs» diront-ils. Parce que le revenu publicitaire, c’est le nerf de la guerre, c’est ce qui permet de payer les journalistes syndiqués et d’imprimer le journal.

Le blogueur, quant à lui, n’est pas prisonnier de ce carcan, il publie ce qu’il veut. Ainsi, Lloyd Chambers publie des pages et des pages sur les différentes façons d’optimiser un Mac Pro pour des performances top-niveau avec Photoshop. Aucun magazine ne publierait autant de pages et de détails sur un sujet aussi spécialisé.

Bloguer, c’est une affaire de passion. On blogue sur ce qui nous passionne et c’est tant mieux. Peut importe qui l’écrit, blogueur, journaliste ou pamphlétaire, le billet rédigé par le passionné a plus de chance d’être intéressant que celui qui est rédigé par un scribouillard blasé.

Bloguer demande passion et temps. Et le temps, c’est de l’argent. C’est pourquoi je ne vois pas quand un blogueur se tapera tous les débats de la chambre des communes, les procès de pédophiles ou les interminables réunions du G20 uniquement pour tenir informés ses compatriotes.

Je ne vois pas non plus un blogueur entreprendre un an d’enquête pour nous dévoiler un nouveau scandale des commandites. Ces rôles là, ce sont ceux des journalistes professionnels, ceux qui grattent, enquêtent, fouillent, évaluent, soupèsent, identifient et dévoilent au grand public ce qui se passe dans les mondes auxquels monsieur et madame tout le monde n’ont pas accès.

Raisonnablement, le blogueur moyen ne peut faire ici le travail long, acharné et vérifié que font les journalistes. Vous voyez-vous passer cinq jours par semaine dans les anti-chambres du gouvernement à chercher les infos, les bibittes et les scandales pour quelques dollars par mois? Voilà, c’est là le problème, un blogue, ça ne pait pas beaucoup.

Des blogueurs très connus et respectés arrivent à peine à récolter quelques centaines de dollars par mois avec leur écrits. Pour cette maigre pitance, iriez-vous au Darfour ou passeriez-vous les plus belles années de votre vie à épier nos élus à Québec ou Ottawa? Non, bien sûr.

Comme Hugo Dumas,  j’adore les journaux (et les magazines). Oui, les nouvelles sur internet, c’est bien, mais lire mon journal bien calé dans mon fauteuil après une journée passée devant mon écran, ça me relaxe. Et lire un magazine allongé dans ma chaise de jardin au grand soleil, c’est pour moi infiniment plus agréable qu’assis sur ma terrasse avec mon portable sur mes genous. Mais le temps des médias imprimés tels qu’on les connait est révolu. Les journalistes continueront sans doute à nous abreuver de nouvelles sur le Darfour et le G20, mais les blogueurs prendront de plus en plus de place et ce seront sans doute eux qui nous fourniront le plus d’informations sur le monde qui nous entoure.

Quant à moi, je persiste à signer textes et photos dans les magazines et les journaux tout en vous proposant de suivre mes aventures d’éternel touriste passionnés du Québec dans ces pages virtuelles. Blogueur ET journaliste? Certainement.

4 commentaires
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. Longue vie à ton blogue et à tes activités journalistiques cher Michel…

  2. 2.
  3. Un gros merci Michelle! Tu es notre inspiration!

  4. 3.
  5. Très intéressant ton site.

    Par contre ça me peine un peu de voir «acceuil» écrit avec une faute d’orthographe dans ton menu…

    🙁

  6. 4.
  7. Merci Michel. Je sais pour le «Acceuil»; celui qui a fait l’adaptation à fait une p’tite erreur. J’ai essayé de faire la correction moi-même, mais ça n’a pas marché J’attends donc d’avoir plusieurs petits changements à faire avant de faire appel à mon pro…

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Québec
influenza Réalisation :