3
10 Juil
2009

10 petits irritants à l’hôtel

Ces dernières années, j’ai publié dans les pages du journal La Presse et sur Cyberpresse de nombreux Top 10, qui vous proposaient mes coups de coeur d’ici et d’ailleurs sur la planète touristique.

Jamais dans ces pages je ne vous ai fait part d’irritants, de coups de gueule ou de déception. Voilà donc une grande première! Mais promis, je ne vous embêterai pas souvent avec ça.

Voici, mais pas dans l’ordre, certains de ces petits irritants qui agacent le voyageur moyen et qui tapissent trop souvent les pages web de Tripadvisor.

Pas assez de prises de courant

Trois prises de courant dans la chambre, mais toutes sont occupées par les lampes et le radio-réveil de l’hôtel sauf une seule. Avec nos téléphones intelligents, appareils photo et ordinateurs portables à recharger, il faut trop souvent débrancher quelque chose pour y brancher nos gadgets électroniques.

Ajouter des prises engendre des frais élevés pour l’hôtel, mais fournir une barre multiprises serait une bonne solution de rechange.

Frais exagérés

Internet à 15 $ par jour? C’est nettement exagéré. Payer 3 $ par appel local, c’est encore pire. On peut survivre sans le téléphone de l’hôtel –tout le monde à son téléphone portable-, mais à l’hôtel, en voyage d’affaires, Internet est une nécessité tel que le précise deux études. Triste que certains hôteliers en profitent pour bien saler notre facture.

Frais plus ou moins cachés

À votre arrivée, on vous demande : « Désirez-vous que l’on gare votre voiture au stationnement intérieur de l’hôtel? ». Après quatre jours à l’hôtel X, vous découvrez que l’ont vous charge 20 $ pour les frais de voiturier, plus 18 $ par jour de stationnement. Ouch!

ce prix, vous auriez peut-être choisi de garer vous même votre bolide au stationnement extérieur si on vous avait prévenu de ces frais. Bien sûr, vous auriez pu vous en douter, comme vous auriez pu savoir que la bouteille d’eau posée sur votre table de chevet vous coûtait 9$.

Cette pratique ne surprend pas les grands voyageurs habitués aux politiques des hôtels, mais les clients occasionnels se font souvent prendre.

Ne pas dire toute la vérité

Vous avez réservé à l’hôtel Doux-Repos pour votre lune de miel et voilà qu’à votre arrivée, vous découvrez que l’on creuse une piscine directement sous votre chambre. Avoir su, vous auriez peut-être réservé ailleurs ou vous auriez exigé une chambre loin du chantier.

Si l’hôtelier ne vous a pas dit qu’il y a des travaux majeurs dans l’hôtel, au risque de gâcher vos vacances et d’entacher sa réputation, c’est qu’il ne voulais pas perdre votre réservation. Mais retournerez-vous à cette hôtel?

Manque d’espace comptoir dans la salle de bain

Un lavabo sur piédestal ça fait peut-être joli, mais s’il n’y a pas de place pour y déployer son artillerie beauté/hygiène, c’est agaçant.

Dans une chambre d’hôtel de villégiature généralement occupée par deux personnes, il devrait y avoir assez de place pour y étaler brosses à dents, rasoir, brosse à cheveux, lotion, désodorisant et tout ces fameux petits pots de crème miracle.

Joli peignoir, mais nulle part où l’accrocher dans la salle de bain

Combien de fois ai-je eu le plaisir de découvrir que l’hôtel ou je résidais me fournissait un peignoir, mais qu’il n’y avait nul part où l’accrocher dans la salle de bain.

Quelques crochets à 2 $ pièce installés derrière la porte de la salle de bain feraient pourtant l’affaire.

Même chose au spa de l’hôtel :  pas de crochet où suspendre maillot et peignoir dans la douche du vestiaire.

Isolation sonore déficiente

Les ronflements du deuxième voisin vous réveillent. L’activité des femmes de chambres dans le couloir vous déconcentre. Pourquoi y a t-il un espace de 3 cm sous la porte? Même avec des murs bien isolés on entend tout par ce tunnel conducteur de bruit.

Non, les hôtelliers ne couchent pas dans chacune des chambres de leur établissement. En fait, pour qu’ils sachent ce qui vous a irrité lors de votre passage chez eux, il faut que vous leur disiez.

Un petit mot de votre part au responsable du service à la clientèle et des mesures seront sans doute prises pour améliorer les choses.

À lire aussi : La chambre d’hôtel idéale

3 commentaires
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. Bien dit 😉
    On ne le répètera jamais assez, le diable est dans les détails,
    alors n’hésitez pas à laisser savoir ce qui vous déplait dans les établissements hôteliers, ils portent souvent attention à vos commentaires!

  2. 2.
  3. depuis plusieurs années je me disais que ce serait bien de dormir dans chacune de mes chambres d’hotel et vivre l’expérience d’un client. Voila que cette semaine après lecture de ton blog, j’ai décidé de le faire. Je couche deux nuits dans chaque chambre pour inspecter les lits, literies, ménage, meubles, bref tout incluant bruits et autres. J’ai tellement aimé tes irritants que j’ai déja passé une commande pour des radios avec port pour les Iphone.

    Dans le contexte économique actuel ou les propriétaires sont limités dans leurs investissements, tes petits trucks ne coutent pas beaucoup et se feront remarqués par la clientelle.

    Tu voie nous vous écoutons!!!

  4. 3.
  5. La paranoïa post-9-11 est le principal irritant lors des passages dans les aéroports, autant dans les petits que les gros.

    Voir des agents de sécurité se prendre pour des demi-dieux en « offrant » le choix entre une fouille corporelle (de type « pat-down », ou plus) ou un passage dans le four micro-ondes (ahem, le « scanner corporel ») n’est que la confirmation qu’on est le con au dîner de con.

    Et quand je vois des agents, soit des fiers à bras sans cervelle (je pèse mes mots) ou des jos-j’fais-c’que-l’boss-me-dit tâter des enfants, ça me lève le cœur. Bande de pédophiles! Comme si nos enfants étaient des soldats d’Al Quaida! Du niaisage, à’planche.

    Sérieusement, l’ennemi post-9-11, c’est nous. Oui, nous!

    Ce ne sont plus les barbus qui se font écœurer dans nos aéroports, c’est nous.

    C’est ça qui me gosse le plus, en voyage…

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Québec
influenza Réalisation :