10
29 Jan
2010

Web 2,0 et tourisme : certains comprennent, d’autres pas

L’autre jour, on m’a invité à devenir adepte d’un hôtel cinq étoiles sur Facebook. Devenir adepte, pourquoi pas!

Sur la page de l’hôtel en question, impossible d’écrire sur le babillard, impossible d’ajouter des photos. La seule interaction possible entre l’internaute et la page, c’est la possibilité de laisser le commentaire préfabriqué «j’aime».

Publier une page de fans sur Facebook est certes louable, mais pour qu’elle soient réellement dans la mouvance Web 2,0, il faut qu’elle soit interactive, non?

Si j’ai bien compris l’enseignement de Michelle Blanc, l’atout du Web social dans un contexte d’affaires, c’est avant tout l’échange entre l’entreprise et les internautes. Alors si l’on publie une page de fans sur Facebook et que l’on interdit l’input de l’internaute, on retombe au simple Web 1,0, version 1997, genre simple site Internet d’entreprise, n’est-ce pas?

Non, ce n’est pas mon rôle de faire la critique du marketing Web des entreprises en tourisme au Québec, mais bon, quand on voit ce que fait Tourisme Montréal et Tourisme Mauricie avec leurs pages Facebook, je me désole de voir d’autres passer à côté d’une si belle opportunité.

À lire aussi à propos du même sujet : Hôtels et restaurants 2.0 : conseils pratiques pour tirer profit des réseaux sociaux, une analyse de Maïthé Levasseur (Réseau de veille en tourisme, Chaire de tourisme Transat, École des sciences de la gestion, UQAM).

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Québec
influenza Réalisation :