5
23 Fév
2011

Le St-Urbain : tout un coup de coeur!

Le St-Urbain, un p’tit resto de quartier, coin St-Urbain et Fleury, au coeur d’Ahuntsic. Un décor simple et chaleureux, une cuisine ouverte sur la salle et un immense tableau noir présentant la carte des vins et les plats du jour.

Marc-André Royal, chef propriétaire du restaurant Le St-Urbain

Marc-André Royal, chef propriétaire du restaurant Le St-Urbain

Ce restaurant, Le St-Urbain, est l’oeuvre de Marc-André Royal, un jeune chef inventif et passionné qui a d’abord travaillé aux meilleurs adresses gastronomiques avant de voler de ses propres ailes.

À la suggestion du chef, nous avons choisi le menu dégustation, que voici.

 

Sur l'ardoise, au St-Urbain

Sur l’ardoise, au St-Urbain

Premier plat : omble d’Amérique fumée, betterave et citron meyer, présenté sur pierre

Un amuse-bouche simple et délicieux. Pour une fois, l’omble d’Amérique était à mon goût; le goût fumé n’était pas trop prononcé, comme c’est trop souvent le cas dans d’autres restos.

Deuxième plat : mousse de choux fleurs aux moules, chorizo et paprika fumé

Quelle texture sublime! Toute en légèreté, cette mousse a été belle surprise pour moi qui ne raffole pas de soupes et de potages.

Troisième plat : civet de champignon, oeuf poché, crème de parmesan

Ce troisième plat m’a fait craquer. Craquer pour…un oeuf poché? Certainement!

Posé sur un lit de champignons et nappé de crème de parmesan, l’oeuf affichait une texture parfaite. On n’y trouvait pas l’habituel blanc cuit et jaune coulant. Au contraire, la texture de cette oeuf de canne était parfaitement homogène. Comment Marc-André y arrive t-il? Il fait cuire l’oeuf à 62,5° C pendant une heure!

Quatrième plat : ravioli aux champignons, magret de canard en saumure et copeaux de marrons

Très goûteux! Les saveurs intenses des champignons, du magret et des marrons se mariaient à la perfection.

Cinquième plat : cuissot de sanglier surmonté de tompinambours, pommes cortland et fenouil sauté, sauce morney

Tendre, savoureux et juteux, le cuissot de sanglier du Québec se défaisait à la fourchette.

Sixième plat : beignet chaud accompagné de caramel chaud au beurre salé

Coup de foudre pour le beignet chaud et son caramel! Miam! Léger malgré tout, son caramel sucré-salé est absolument divin.

À lire aussi :

2 capricieux – Traitement Royal au St-Urbain

– Mangiare à Montréal – Le St-Urbain

5 commentaires
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. Fin novembre, nous étions trois personnes à aller dîner au resto le Saint-Urbain. Hélas, nous avons été déçues.Ça se résume à trop peu, trop cher( café et dessert non inclus),et service bousculé. On y retourne ? Non.

      1.1.
    • Nous sommes allé au Bistro à plusieurs reprises le midi et je suis en désaccord pour le trop peu, trop cher. Le menu inclu une entrée et un plat principal, les portions sont à mon avis parfaites pour l’heure du lunch et un retour au bureau sans trop de somnolence. Pour ceux qui privilégient la qualité plutôt que la quantité…c’est l’endroit idéal. Nous y retournons toujours en salivant!

    • 1.2.
    • Normal que ca bouge plus le midi , allez-y

      le soir , vous aurez le temps d’apprécier

      et de gouter , quand aux prix c’est une

      question de budget ne vous en déplaise !

      Cordialement ,
      M.Pelletier

  2. 2.
  3. Nous sommes retournés au St-Urbain hier soir et encore une fois ce fut tout un coup de coeur!
    Nous avons pris le menu dégustation, comme la dernière fois.
    Des plats succulents, d’excellents vins choisis avec justesse par la sommelière Chantal.
    Un autre souper mémorable.

  4. 3.
  5. Le Saint Urbain est devenu avec le temps un resto sacro-saint au coeur de notre famille.

    Lorsque je lis des critiques négatives , ca met en doute la véracité de certains commentaires! Que voulez-vous , c’est difficile de dépasser la perfection.

    De l’amuse-bouche songé a l’entrée toujours originale et plus que très copieuse , le bonheur se régale , les viandes , les poissons , tout est pensé jamais laissé au hasard .Les purées fumées (fallait y penser ) les viandes braisées longuement arborent sans cesse une désirable
    envie de revenir s’y délecter.

    Les gens qui vous servent sont très connaisseurs. Ils savent de quoi ils parlent et vous donnent le gout de revenir .
    Moi , j’adore !

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Québec
influenza Réalisation :