3
20 Juil
2011

La Gaspésie bourgeoise à Métis-sur-Mer

En roulant sur la 132, la plupart des automobilistes passent tout droit à l’embranchement qui mêne sur Beach road, l’artère principale de Métis-sur-Mer. Pourtant, le petit village gaspésien fondé en 1818 par des immigrants écossais est considérée comme l’un des plus beaux du Québec.

Trottoir paisible à La Gaspésie bourgeoise à Métis-sur-Mer

Trottoir paisible à Métis-sur-Mer

La petite localité profite d’une situation idéale, surplombant l’estuaire du Saint-Laurent, à quelques kilomètres seulement des célèbres Jardins de Métis, l’une des attractions les plus visitées de la Gaspésie. Malgré tout, le joli village gaspésien a échappé au développement.

Pas de McDo ici, seuls quelques auberges et restaurants accueillent les touristes. Non, il n’y a pas grand chose à faire à Métis-sur-Mer. Ici, on marche, on fait du vélo, on profite de la plage et on admire les couchers de soleil derrière le phare de la Pointe Mitis.

Les routes n’y sont jamais encombrées, si bien que certains résidents partent de chez-eux avec le propre voiturette de golf, empruntant Beach road pour aller jouer une partie sur l’un des terrains des alentours.

C’est au XIXe siècle que la bourgeoisie anglo-saxone a découvert le charme incontestable de la région. Comme à Pointe-au-Pic dans Charlevoix, les riches Montréalais et quelques Américains ont construit à Métis de suberbes villas d’été.

Contrairement à Charlevoix, où ces résidences de luxe ont étés presque toutes tranformées en auberges, la plupart de celles de Métis-sur-Mer sont encore habitées par les familles qui les ont construites. Sur les boites postales on peut encore lire les noms des familles Molson, Birks, etc.

Une des jolies villas bourgeoises de Métis

Une des jolies villas bourgeoises de Métis-sur-Mer

Les grandes maisons de bois aux jardins magnifiques ne sont habitées que durant les mois d’été. En juin, les résidents arrivent, souvent avec leurs domestiques et leurs jardiniers, et renouent avec la tradition vieille d’un siècle. Ils enlèvent les volets, mettent à l’eau les barques de bois et reprennent contacts avec les voisins.

L’automne venu, le village s’endort, voyant sa population passer de 1200 à 200 habitants.

Pour goûter à la vie tranquille de Métis, on peut louer l’une de ces belles villas pour une semaine où plus. Pour vivre ses vacances dans la vraie tradition métissienne, c’est l’idéal.

3 commentaires
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. Magnifique endroit,
    J’ai 74 ans. A 20 ans j’ai travaillé aussi à Boules, le village voisin, pour HYDRO.
    J’ai connu une petite anglaise de Kitchener qui gardait des enfants de bourgeois. Je ne parlais pas mais passe 10hrs PME
    On se comprenait

  2. 2.
  3. J’AI.81 ANS, NATIF DE LES BOULES.À LA BOULANGERIE CÔTÉ, J’AI LIVRÉ LE PAIN 38 ANS DANS C’EST BELLE MAISON ET HOTEL

  4. 3.
  5. moi je suis de Les Boules j’ai ça d’y au golf Cascade and tennis toute ma jeunesse et à l’époque il y avait 12 hotels à Metis.
    Qu’elle belle époque!!!

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Québec
influenza Réalisation :