0
18 Sep
2012

Pique-nique avec les oies blanches

Elles sont là : les blanches, les grises et les bleues.

Et comme à chaque année, la migration automnale des oies blanches a débuté par l’arrivée de quelques milliers d’oies blanches adultes dans les régions de Cap-Tourmente et de Montmagny.

Ces grands oiseaux blancs ont été suivis par ceux de couleur grise, les jeunes nées dans l’arctique cette été, et par quelques individus de couleur bleutée, une variante plutôt rare de l’oie blanche.

Les oies blanches sont de retour!

Les oies sont de retour!

Désireux d’aller admirer le spectacle des centaines de milliers d’oies blanches qui font escale sur les rives du Saint-Laurent, nous avons quitté l’autoroute 20 pour rejoindre Saint-Antoine-de-Tilly.

Le village de Saint-Antoine-de-Tilly, réputé parmi les plus beaux du Québec, abrite la fromagerie Bergeron. Nous commençons donc notre randonnée par un arrêt chez ce fromager réputé. L’endroit est très populaire; on fait la file pour se procurer un de leurs célèbres goudas.

Nous prenons ensuite la route 132 en direction est et croisons plusieurs vergers qui proposent d’aller cueillir des pommes sur leurs terres. Nous nous arrêtons aux Vergers Saint-Nicolas.

Les Vergers Saint-Nicolas.

De grands étals proposent fruits, légumes et confitures. Un monsieur très souriant nous offre un verre de cidre mousseux puis un autre de cidre de glace.

Pour le pique-nique que nous prévoyons faire avec les oies, nous choisissons une bonne bouteille de cidre peu alcoolisé.

La route passe dessous les ponts de Québec et traverse Lévis. Nous quittons la 132 et descendons près du fleuve. Comme il n’y a pas d’oies par ici, nous optons pour une courte visite du vieux Lévis.

Sur la rue Bégin, deux commerces retiennent notre attention : une chocolaterie et un petit commerce d’où sort une musique de jazz.

On nous a chaudement recommandé la chocolaterie Les Chocolats Favoris. On y cueille notre délicieux dessert et traversons la rue, intrigués par une enseigne : Aux Petits Oignons, une épicerie fine vraiment chouette!

Nous continuons jusqu’à Beaumont. C’est aussi un joli village qui regroupe un bon nombre de maisons anciennes et un moulin au toit rouge planté au milieu d’un décor de carte postale.

Le moulin de Beaumont et le parc qui l’entoure mérite qu’on le photographie sous tous les angles. Je m’exécute.

Nous continuons jusqu’au Joyeux Pétrin de Berthier-sur-Mer qui a encore quelques pains frais sur ses tablettes. Enfin, nous avons tout ce qu’il faut pour notre pique-nique.

Un petit parc situé tout près du quai de Berthier-sur-Mer nous apparaît comme l’endroit idéal. Il y a des tables, de jolis bateaux et on peut y voir des oies. Nous en profitons pour monter à bord de l’un des navires des Croisières Lachance pour une excursion dans l’archipel de l’Isle aux Grues.

Des milliers d’oies blanches, des bernaches du Canada et des canards de différentes espèces sont éparpillés dans les îles au grand plaisir des observateurs d’oiseaux et des chasseurs.

Jean-François Lachance, notre capitaine, commente la visite et raconte toute sa passion pour les îles et pour la chasse.

Plus loin, en aval du fleuve, la ville de Montmagny se vante d’être la capitale de l’oie blanche. En octobre, la ville vit véritablement au rythme de ces beaux oiseaux.

Le ciel se remplit de voiliers d‘oies, les marais entourant le port sont recouvert d’oiseaux et des chasseurs vont et viennent sans cesse, leurs barques remplies de leur récolte quotidienne.

Les oies sont tellement importantes ici qu’on leur organise annuellement un grande fête, le Festival de l’Oie Blanche, qui a lieu cette année du 11 au 14 octobre.

Le quai de Montmagny est sans doute l’un des meilleurs endroits au Québec pour voir des oies de près. Malgré les activités du port, elles viennent par dizaines de milliers se nourrir dans les grandes étendues marécageuses qui s’étendent sur les rives du fleuve.

Au plus fort de la migration, les oiseaux s’approchent jusqu’à quelques mètres seulement des observateurs installés sur le quai.

C’est à partir du quai de Montmagny que l’on prend le traversier pour l’Isle-aux-Grues. Sur l’île aussi, de nombreuses oies sont éparpillées sur les battures. Pour les voir et surtout pour mieux les connaître, on peut joindre une randonnées guidée et commentée.

L’Isle-aux-Grues, c’etait aussi le refuge du peintre Jean-Paul Riopelle. Il adorait les oies blanches et c’est en partie pour cette raison qu’il s’est établi sur cette île pittoresque.

Avec l’accord de ce dernier, la fromagerie de l’île a créé un fromage à pâte molle qui porte son nom et qui arbore une étiquette représentant une œuvre de l’artiste. Il est possible de visiter la fromagerie et d’acheter cet excellent fromage sur place.

Aucun commentaire
Ajouter un commentaire »

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Québec
influenza Réalisation :